La maison de Nedjo

Un film de Ana Otasevic et Lucas Tua

Recevoir le DVD : 15,00

Voir le film en ligne : Voir le film en ligne

En location (72 heures) : 4 €
A l'achat (accès permanent) : 7 €

Nedjo est un Rom du Kosovo. Sa vie a basculé en août 1999, pendant la guerre en ex-Yougoslavie, quand sa maison a été incendiée par des milices albanaises, sous le regard des troupes de l’OTAN. Comme plus de 150.000 personnes, il a dû fuir son pays.

Réfugié à Strasbourg avec femme et enfants, Nedjo décide de se battre pour demander réparation en son nom et au nom de toute sa communauté.
Ses armes sont les vidéos qu’il a tournées pendant plus de dix ans au Kosovo, des camps de réfugiés oubliés jusqu’aux bureaux des institutions européennes.

Entre images du présent, archives tournées par le protagoniste et dessins animés, ce film est une histoire d’exil, de quête de justice, l’histoire de la détermination d’un homme à combattre le système. Un combat peut-être perdu d’avance, mais le combat d’une vie.

Unknown

Ana Otasevic

Née à Belgrade en 1972. J’ai commencé ma carrière de journaliste à Belgrade, dans l'hebdomadaire politique, NIN. En 2002 je suis venue à Paris où j’ai suivi la formation de la fondation européenne Journalistes en Europe. L’année suivante je me suis inscrite à l'Institut de Géopolitique à Paris, où j’ai obtenu le diplôme de DEA. Depuis, je suis correspondante à Paris pour plusieurs médias serbes, écrits et audiovisuels, dont la télévision publique. J’ai également collaboré avec des maisons de productions et chaînes de télévision françaises et internationales (Sept à huit, Enquête exclusive, ZDF, NHK, Telecinco). J’ai traité la question de Roms à deux reprises – dans un reportage pour l'émission Sept à huit sur le réseau de petites voleuses dans le métro parisien (production Elephant&Cie), et dans un reportage sur la situation des Roms dans la région parisienne pour la télévision espagnole Telecinco. Mes articles sont publiés dans le Nouvel Observateur et au Figaro magazine. Le choix d'un film documentaire est venu de mon intérêt pour le cinéma, ayant moi-même diplômée du Master 2 Pro Scénario, réalisation, production à la Sorbonne Paris 1 et réalisé un court-métrage avec les producteurs des Films d’Ici, Serge Lalou et Virginie Guibbaud. En 2011 j’ai fait partie du jury du festival international du grand reportage d’actualité et du documentaire, FIGRA.

Lucas Tua

Né à Paris en 1985. Je me suis très tôt intéressé au cinéma documentaire; à 18 ans, je bénéficie d’une bourse «Défi-Jeunes» et de la Mairie de Paris et me rendre en Inde où je tourne plusieurs films documentaires autoproduits. Je suis ensuite diplômé de l’ESRA (Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle) en 2008. Cadreur sur le film documentaire «Qui a peur de Michel Gondry ? », diffusé à la Mostra de Venise, j’ai ensuite travaillé en tant que cadreur /monteur pour plusieurs grands groupes de presses et chaînes internationales, comme Associated Press, Voice of America, Al-Jazira et RTS. Parallèlement, j’ai réalisé plusieurs films institutionnels pour des sociétés françaises.En 2012, j’ai co-réalisé deux films documentaires, un sur le judaïsme marocain, l’autre sur la question des réfugiés tibétains dans le nord de l’Inde. En 2013, j’étais cadreur sur le film documentaire d’Ana Otasevic « Le Pain Voyou » (production La Sorbonne / Les Films d’Ici), diffusé prochainement sur France 2.
réalisation

Ana Otasevic et Lucas Tua

illustrations

Damien Roudeau

image

Lucas Tua, Grégory Rodriguez, Thomas Cerciat, Nikola Maidak

son

Grégory Pernet, Eric Taryné, Vladimir Jankovic

montage

Aurélien Manya

animation

Jef Guillon, Le coeur de l’homme

Une coproduction Sancho&Co, Groupe Galactica, Bix Films, Vosges Télévision
Avec le soutien du CNC, de la Procirep/Angoa, les Régions Alsace et Normandie, l'Eurométropole de Strasbourg.
Un film écrit et développé avec le soutien du Fonds d'Aide à l'Innovation audiovisuelle du CNC, de la Procirep Angoa et de la Région Alsace.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La maison de Nedjo”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.